Jambes sans repos : diagnostic et signes cliniques

Impatiences dans les jambes, fourmillement… Le syndrome des jambes sans repos (SJSR) est un trouble nerveux qui oblige à bouger les jambes de manière incessante. Très douloureux, ce syndrome touche les membres inférieurs en provoquant une sensation très désagréable.

Fourmillement, démangeaisons… Les symptômes du syndrome des jambes sans repos

En France, 8,5 % des Français sont atteints par ce syndrome des jambes sans repos. 2 % environ des malades ressentent les symptômes plusieurs fois par semaine. Le SJSR est aussi appelé la maladie de Willis et Ekbom ou encore le syndrome d’impatiences musculaires de l’éveil.

Si vous ressentez des picotements ou des fourmillements dans les membres inférieurs, vous souffrez peut-être du syndrome des jambes sans repos.
Le syndrome des jambes sans repos provoque des sensations extrêmement désagréables dans les jambes et parfois les bras. La personne touchée par ce syndrome ressent des picotements, des fourmillements, démangeaisons, voire des impressions de « décharge électrique ».

Ces signes cliniques sont souvent plus probants sur l’une des deux jambes. Principalement ressenti le soir ou la nuit, le syndrome des jambes sans repos entraîne dans 80 % des cas des secousses musculaires incontrôlables. Survenant parfois durant le sommeil, ces mouvements irrépressibles s’avèrent particulièrement gênants pour le ou la partenaire de la personne touchée, qui peut subir des coups involontaires et voit son sommeil perturbé. La vie personnelle peut être impactée par les conséquences de ce syndrome. Dans certains cas, l’impatience dans les jambes se manifeste seulement une à plusieurs fois dans l’année, de manière intermittente.

Comment diagnostiquer l’impatience dans les jambes ?

Handicapant dans la vie quotidienne, ce syndrome se manifeste par le cumul de ces trois caractéristiques :
– Un besoin irrépressible de bouger ses jambes et une sensation de malaise au niveau des membres inférieurs
– Une accentuation des symptômes lors des périodes de repos – soir ou nuit.
– L’arrêt immédiat des symptômes en cas de mouvement des jambes
Si vous ressentez un ou plusieurs de ces symptômes, consultez votre médecin traitant pour établir un diagnostic et définir un protocole de soin adapté à votre âge, vos symptômes (fréquence et puissance) et vos antécédents médicaux. Le praticien va commencer par vous interroger sur l’intensité des symptômes ressentis, leur fréquence, leur évolution. À partir de ces informations, il définira le niveau de gravité du SJSR selon cette échelle : forme dite légère, modérée, sévère ou très sévère. À noter que certains médicaments délivrables sans ordonnance peuvent aggraver les symptômes. Le médecin vous demandera donc si vous prenez des médicaments.

En règle générale, une consultation médicale suffit à poser le diagnostic. Néanmoins, certains cas plus complexes nécessitent des examens complémentaires, par exemple une prise de sang pour détecter une éventuelle carence en fer, un enregistrement du sommeil ou encore la consultation d’un neurologue spécialiste des troubles du sommeil.

Le traitement prescrit dépendra du diagnostic établi par le médecin. Une hygiène de vie saine et/ou un traitement médicamenteux permettent en général de diminuer les symptômes. Le recours à des remèdes naturels comme l’acupression peut aider à atténuer l’intensité du syndrome. Le set d’acupression spécifique pour les jambes Champ de Fleurs procure dans certains cas un mieux-être.